Le stress joue un rôle essentiel dans les compétitions

Le Nouvel Obs. - Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Le Nouvel Obs. - Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Au même titre que la préparation physique, la préparation mentale tient une place essentielle aux JO.

Il existe en fait trois grands types d’interférences qui peuvent éloigner l’athlète de sa performance sportive :

  1. Le premier critère est physique (douleur, blessure).
  2. Le deuxième est l’environnement extérieur autour de l’athlète, qui ne manque pas de s’interposer entre le compétiteur et ses objectifs : la chambre d’appel, la pesée, les déplacements, l’ordre des combats…
  3. Et le troisième est psychologique (le stress, les pensées négatives). C’est donc la bonne gestion de ces trois aspects qui va permettre de gagner ou de perdre.

Parmi les techniques à disposition du préparateur mental, on trouve l’hypnose, la relaxation, l’autosuggestion, la sophrologie, la relaxation, l’imagerie mentale. François Bellue, un hypnothérapeute réputé, a par exemple été sollicité par Jean-Pascal Crochet, entraîneur de l’équipe française de kayak en ligne, pour assurer la préparation mentale de ses sportifs. 

Ces techniques ont toutes pour but d’améliorer une multitude d’aspects : l’attention et la concentration, la motivation, la gestion des émotions, du stress, de l’incertitude, la confiance en soi, l’amélioration de la prise de décision et de la communication et la cohésion de groupe. Mais cette préparation concerne également les capacités physiques, comme la gestion de la fatigue, de la douleur, de la souffrance et de la récupération.

Extrait de l'article publié le 08/08 sur www.leplus.nouvelobs.com rédigé par Stéphane Hengy, Coach sportif