Enfants et optimisme, ça s'apprend

photo : Gamzé Ripoche ©
photo : Gamzé Ripoche ©

L'optimisme n'est pas seulement un sentiment, il correspond aussi à un mode particulier de pensée. Il devient alors intéressant d'apprendre à l'enfant de penser de façon optimiste afin qu'il devienne lui-même le contestataire de ses pensées négatives.

 

Comment ? En l'aidant à se rappeler les bons souvenirs, les moments heureux qu'il vit plutôt que les mauvais ; en lui montrant que chacune des explications qu'il donne à ce qui lui arrive de pénible ou à ce qui se passe autour de lui d'angoissant est liée à un seul fait ou à un moment précis.

L'enfant combat ainsi toute généralisation qui l'amènerait trop facilement à penser face à un échec "de toute façon je suis nul, je le serai toujours". (...)

 

Il s'agit de faire trouver à l'enfant un équilibre satisfaisant entre des moments où il peut être optimiste et d'autres plus pessimistes.

Alain Braconnier, l'auteur de "Optimiste", éd. Odile Jacob