Psychothérapie Rennes

rennes-psy-therapie-sophrologie-hypnose
Thérapie Brève Intégrative Rennes

Pour toute personne qui vit une difficulté personnelle ou professionnelle, qui traverse une période de questionnements ou se sent psychologiquement vulnérable ou fragile, se lancer à la recherche d’une psychothérapie peut paraître une entreprise particulièrement éprouvante.

Parmi toutes les psychothérapies (plus de 200 officiellement répertoriées), y en a-t-il de plus efficaces que d’autres ? Est-ce que certains problèmes s’y prêtent mieux ? Quand et comment devrait-on y avoir recours ?

 

Le domaine est en constante évolution. Plusieurs écoles de pensée s’affrontent. 

 

- La majorité des psychothérapies bien menées donnent de bons résultats.

- La réussite de la thérapie dépendrait d’abord et avant tout de la motivation et de l’engagement du sujet.

- L’alliance thérapeutique qui s’établit entre le patient et son thérapeute serait beaucoup plus déterminante pour prédire l’issue du traitement que la technique particulière utilisée par l’intervenant.

 

On peut distinguer plusieurs types d’approches :

 

La psychiatrie vise le traitement des maladies mentales (problèmes dans la structure de la personnalité [ex. : schizophrénie et paranoïa], troubles graves du comportement [ex. : violence], anomalies neuropsychologiques [ex. : dyslexie]). Elle utilise généralement des médicaments, mais aussi la psychothérapie.

 

La relation d'aide s’apparente plutôt à un soutien émotif et respectueux ; il s’agit d’une attitude, mais pas d’un traitement.

 

Le développement personnel (ou croissance personnelle) se sert des mêmes outils que la psychothérapie, mais généralement pour répondre au besoin de mieux se connaître, à une quête existentielle ou à un désir d'épanouissement affectif, relationnel, sexuel, social, humain, spirituel et professionnel.

 

Des centaines de recherches menées depuis quelques dizaines d’années, et regroupées en synthèses d’études et en méta-analyses, ont démontré sans équivoque que la psychothérapie peut contribuer à traiter efficacement plusieurs problèmes psychologiques comme la dépression, le trouble panique, l’anxiété, les troubles de l’alimentation et divers troubles de la personnalité.

 

Qui plus est, le recoupement de ces études a permis de conclure que toute psychothérapie bien menée, peu importe la technique particulière utilisée, a de fortes chances de donner de bons résultats.

 

Cette hypothèse a été présentée pour la première fois en 1976 dans une étude intitulée Comparative studies of psychotherapies : is it true that "everybody has won and all must have prizes" ?. (études comparatives des psychothérapies : est-ce vrai que « tout le monde a gagné et que chacun doit recevoir un prix" ?).

Le sous-titre de l’étude provient du livre Alice au pays des merveilles, de Lewis Caroll, dans lequel le dodo, l’oiseau-juge, déclare que tous ceux qui ont participé à la course ont gagné.

 

L’étude concluait que toutes sortes de thérapies, très différentes les unes des autres, démontraient une efficacité comparable face à des problèmes semblables; on a alors émis l’hypothèse que des "facteurs communs" présents dans la majorité des psychothérapies pouvaient être à l’origine de ce qu’on appelle désormais "l’effet dodo".

 

Depuis, plusieurs synthèses d’études, méta-analyses et ouvrages scientifiques se sont penchées sur le phénomène, et bien qu’il reste certaines dissensions, la plupart des chercheurs conviennent aujourd’hui de la validité de l’effet dodo. On a toutefois remarqué que les diverses approches pouvaient effectivement s’équivaloir à condition qu’elles soient bona fide, une expression latine qui signifie littéralement "de bonne foi". Pour qu’une thérapie soit bona fide, il faudrait que le thérapeute détienne au moins une maîtrise universitaire ou une formation équivalente, que le traitement repose sur des principes psychologiques valables et que le problème du client puisse raisonnablement être traité par une approche psychothérapeutique.